La source de vie : Expédition Rise up to the Top

Un alpiniste écrivait un jour: "lorsqu'on a donné son cœur aux montagnes, il n'y a qu'un endroit où l'on peut le retrouver, et c'est pour cela qu'on y retourne ..."

Nous sommes à J-1 du départ pour la vallée d'Ait-Bouguemez d'où nous commencerons la traversée pour la solidarité 2021, sous le thème Rise up to the Top.

Ce projet est organisé pour contribuer au Nouveau Modèle de Développement dans le haut atlas marocain, par le biais d'un programme de formation-accompagnement entrepreneurial (sept 2021 - juin 2022).


Jour 1 - Le départ  - Rise up to the Top - 22/08

Après avoir finalisé les derniers préparatifs de notre expédition qui durera 14 jours, nous quittons Agouti (1800m) dans la vallée d'Ait Bouguemez en direction du col de Takerdit (3200m), pour arriver au plateau du même nom à 2900m, une vaste étendue rayonnante de verdure qui nourrit le cheptel des nomades, pour certains venus de régions lointaines.

Une belle ambiance de passionnés de la montagne au service du projet Rise up to the Top s'est installée entre les 3 membres de l'expédition et notre guide abdelatif: l'aventure est prometteuse de belles découvertes et performances, avec un objectif de 8 sommets de 4000m+ et plus de 265 kms parcourus.

Demain nous nous nous engagerons dans l'ascension du M'goun à 4071, dont la crête majestueuse s'offre à notre vue depuis notre campement.


Jour 2 - Le M'Goun  - Rise up to the Top - 23/08

A l'aube, guidés par nos lampes frontales, nous nous sommes engagés en direction du sommet du géant du haut atlas central, le M'goun (4071m), à partir du plateau de Takerdit (2900m).

Bien que longue, cette ascension n'est pas d'un niveau de difficulté élevé mais demande de prendre de sérieuses précautions lors de passages au dessus des ravins vertigineux qui embrassent fermement la partie supérieure de la crête.

Notre objectif d'atteindre le sommet a du être revu face à des vents dépassant les 100 km/h à plus de 4000m d'altitude et à quelques minutes à peine du sommet.

Sentant la menace imminente de l'orage qui en montagne peut être fatal, nous avons pris le chemin du retour en accéléré et, dès notre arrivée sur le plateau, été rattrappés par le vent violent qui nous a contraint de lever campement pour aller passer la nuit dans le gite voisin.

En montagne, comme en entreprise, il faut savoir réajuster ses objectifs dans l'intérêt de sécuriser un résultat valable pour les acteurs de l'expédition / du projet.


Jour 3 - l'orage : Rise up to the Top - 24/08

Nous avons quitté le plateau de Takerdit en direction de Megdaz 30 kms plus loin, accompagnés par un vent intense qui persiste.

À notre arrivée dans le village d'Azourki, 26 kms plus loin, après avoir traversé des paysages qui rappellent le colorado et des sentiers de forêt qui nous rappellent les alpes en été, nous sommes surpris par un orage fulgurant!

Nous nous réfugions chez l'habitant et partageons un thé aux herbes de montagne pour nous réchauffer, le temps de trouver un transport tout terrain pour parcourir les derniers kms en sécurité.

Nous traversons sous une pluie torrentielle une forêt dont les bouleaux qui arborent la rivière me rappellent la Finlande, mon 2ème pays.

Nous arrivons finalement au village de Ait Ali Ito où nous décidons d'offrir le confort d'une nuit en gite à nos muletiers qui ont du traverser l'orage avec notre cargaison.

Ce soir là, nous célébrons ces hommes de grande valeur et leur partage des valeurs de Rise up to the Top que sont travail d'équipe, humilité, agilité & engagement.

Demain, une très longue journée nous attend...


Jour 4 - la source de vie : Expédition Rise up to the Top - 24/08

Après une courte nuit, nous quittons le village de Ait Ali Ito pour un périple de 40 kms et de nombreux cols à franchir qui se succèdent inlassablement.

Dès le village de Megdaz, les paysages qui s'offent à nous nous émerveillent par leur beauté et leur diversité. Nous croisons de nombreuses bergeries en chemin.

La température élevée et la distance pesante font que bientôt nos réserves d'eau sont à sec. En cherchant une source, nous rêvons à haute voix de toutes sortes de boissons fraiches. Dans ce désert montagneux aride nous vivons une réalité avec grande humilité: l'eau, cette ressource si précieuse, n'est pas toujours un acquis!

Des ouvriers venus d'une vallée lointaine qui travaillent sur une jonction de l'autoroute Marrakech - Ouarzazate n'hésiteront pas à partager avec nous leur ration d'eau de source...

En continuant notre périple, nous apercevons au loin la destination de la station Noor.

A l'arrivée, nous serons récompensés par la découverte d'une source d'eau fraiche à côté de notre bivouac perché entre des montagnes apaisantes.

Demain nous continuerons vers l'ouest en passant par un lac glaciaire. La journée sera dure, nous le savons déjà.